Emmener avec soi son animal de compagnie

Partir pour les vacances est toujours une expérience inoubliable. Depuis que j’ai ma petite famille, nous essayons d’explorer les quatre coins du monde. Quand j’étais petite, je n’étais jamais allée à l’étranger. J’étais enfant unique, et la plupart du temps, mes parents m’emmenaient en vacances dans le sud de la France. Ils avaient leurs petites habitudes et ne pensaient pas en changer. Quant à mon mari, il faisait partie de toute une fratrie et ils avaient déjà visité plus de cinq pays. Au début de notre relation, il me racontait tous leurs voyages et il m’avait promis qu’on emmènerait nos futurs enfants visiter plusieurs pays. Après notre mariage, on avait même ouvert un compte en banque commun qui était destiné uniquement pour nos futurs voyages.

Depuis, on a eu deux beaux enfants, on a adopté un chien et on vit dans une grande maison en dehors de la ville. Pour cette année, nous avions prévu de partir pour l’île Maurice. J’avais déjà acheté nos billets d’avion et j’avais fait la réservation d’une magnifique villa avec piscine. J’ai choisi ce type de logement à la place des chambres d’hôtel car on aura la liberté de mouvement mais on pourra aussi faire la cuisine. J’avais aussi pensé à Prout, notre adorable chien. Nous avions prévu de l’emmener avec nous. C’est tout à fait par hasard que j’avais découvert qu’il fallait effectuer plusieurs procédures pour pouvoir faire entrer un animal de compagnie en territoire mauricien. Sur le site http://ilemaurice.com, il était même indiqué qu’il fallait faire une demande au moins six mois avant la venue de l’animal. Face à cette situation, on avait décidé de laisser Prout sous la garde d’une amie de la famille. Les enfants avaient beaucoup pleuré mais ils avaient finalement accepté la situation. Ils se faisaient une joie de le retrouver à notre retour.

 

Le Jardin des Pamplemousses, quelles sont les merveilles qu’il renferme?

Quand on part à la visite du Nord de l’île Maurice, un détour par le célèbre Jardin botanique des Pamplemousses est plus que conseillé. Créé au 17ème siècle à l’initiative de Pierre Poivre, un célèbre paysagiste, cet endroit a été initialement construit pour la note de Louis XV. Parmi les merveilles de la nature que l’on peut y découvrir, il y a par exemple les fameux nénuphars géants. Mais la flore de cet endroit est très diversifiée et il y a aussi plusieurs espèces de palmiers comme le palmier bouteille, le palmier oursin, le palmier-bambou, le palmier-latanier ou le tallipot, un palmier géant qui a la particularité de ne fleurir qu’au bout de plusieurs dizaines d’années, entre 60 ou 80 ans. D’autres plantes comme les baobabs, les lotus, d’autres plantes exotiques ou des arbres typiques des régions tropicales sont à découvrir dans ce bel endroit. Les lieux abritent aussi une faune assez riche comme des tortues géantes ou des cerfs. Il y a également un bassin où les visiteurs peuvent donner du pain aux poissons. Pour entrer dans ce jardin situé à une dizaine de kilomètres de Port-Louis, il faut payer un ticket d’entrée qui coûte 100 roupies par personne. Les enfants de moins de 5 ans peuvent y entrer gratuitement. Si les visiteurs le souhaitent, ils peuvent demander à ce qu’un guide les accompagne tout au long de la découverte du Jardin des Pamplemousses. Il est ouvert au public tous les jours de la semaine, dès 8h30 du matin jusqu’à 17h30.

 

Le sega mauricien

Je profite souvent de mes vacances pour découvrir la culture des pays que je visite. Mon périple dans l’Océan Indien, précisément à l’île Maurice, a été pour moi un véritable enchantement. Les habitants sont très accueillants, les hôtels confortables et surtout, il faisait chaud durant tout mon séjour.

J’ai ainsi remarqué que le Sega faisait partie intégrante de la vie des Mauriciens. Quand on écoute les différentes stations radiophoniques de l’île, toutes diffusent à un moment donné ou à un autre du Sega. Lors des festivités nationales ou pendant les rassemblements entre familles, cette musique est omni présente. Tout le monde danse le Sega, que ce soient les petits ou les grands. Cette danse traditionnelle se transmet de génération en génération.

Avec ma fille, on s’est promenées dans les rues de la capitale à la recherche d’une école de danse proposant des cours de Sega. Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune structure proposant des cours de Sega.Heureusement, nous étions tombées sur une petite boutique de vêtements traditionnels où nous avons trouvé des tenues adaptées pour danser le Sega. Elles étaient composées d’un petit haut à nouer autour de la poitrine, ainsi que d’une jupe à volants, aux multiples couleurs. Nous sommes finalement rentrées à l’hôtel, où le réceptionniste m’a informée que l’établissement propose chaque vendredi soir des cours de Sega. Le tarif appliqué n’était pas très élevé et la séance ne durait qu’une heure. On s’est alors inscrites pour la prochaine édition.

Le soir en question, nous avions réussi à entraîner les hommes avec nous. Environ une dizaine de clients s’étaient aussi inscrits à cette séance d’initiation au Sega. Durant une soixantaine de minutes, deux jolies danseuses nous avaient enseigné les pas ainsi que les différents mouvements pour danser le Sega. Nous évoluons sur la piste tandis qu’un groupe de musiciens jouait sur l’estrade. Il était composé de quatre personnes et chacune jouait d’un instrument différent. Il y avait un qui jouait de la ravanne, un instrument de musique typiquement mauricien, un autre du triangle, un qui avait un instrument traditionnel africain appelé bobre et le dernier jouait de la maravane.

 

 

Peut-on apprendre le créole à l’île Maurice ? Et où ?

La langue créole mauricienne trouve ses origines dans la base lexicale française avec un mélange de mots arabes, africains et malgaches. Son utilisation courante par les mauriciens indique bien leur attachement. Pourtant, il n’est donc pas rare de constater que les mauriciens en général, ne savent pas écrire correctement dans leur langue en raison de cette absence des bases.

L’anglais est certes la langue officielle utilisée par l’ensemble de l’administration mauricienne, mais le créole est le plus utilisé au quotidien.

Pour ceux qui envisagent donc de rester à l’île Maurice ou carrément de s’y installer, apprendre le créole est indispensable. Non seulement, il vous faudra communiquer avec des mauriciens à longueur de journées pour les petites tâches quotidiennes (au supermarché, aux marchés, à la station service, au parc, à la plage …) mais vous pourriez ainsi aisément vous fondre dans le paysage et  de voyager partout puisque le même dialecte est utilisé dans toute l’île.

Toutefois, prendre des cours reste bien compliqué car il n’y a pas encore de « formateurs agrées » pour cette langue. Il faut dire que le « kréol morisien » ne s’apprend à l’école que depuis janvier 2012 uniquement et, ce n’est encore qu’un essai. Il n’existe donc pas de formations pour adultes à l’instar des cours de créoles martiniquais ou guadeloupéen,

Des dictionnaires existent en version bilingue et monolingue mais à cause de leur nombre restreint,  ils ne sont encore consultables que dans les bibliothèques. Pour l’instant et jusqu’à nouvel ordre, aucune nouvelle édition n’est prévue.

Les progrès des cours de créole à l’île Maurice sont encore balbutiants. Des organismes indépendants et même des hôtels proposent des leçons de créoles mais uniquement aux touristes. Ce ne sont en général que des extras qui consistent à apprendre les expressions les plus courantes et parfois les plus amusantes de la langue créole. 

 

Contact

Île Maurice seniorhuot@sateluc.com